Présentation générale

MINIMAOUSSE, un concours de micro-architecture

MIinimaousse est le premier concours biennal de microarchitecture ouvert aux étudiants de niveau des écoles d’architecture, de design, d’art, d’ingénieur et de paysage.

L’objectif est de prouver par l’exemple que la petite échelle peut se décliner en architecture à travers de multiples projets et objets, rivalisant d’inventivité et de poésie. Il s’agit avant tout, de concevoir une petite architecture qui doit faire le maximum !

A chaque cession, un thème est proposé : «Minimaisons roulantes», «pop-up box pour rituel d’été», «Construire XXS pour les + petits», «Les cuisines de rue».

Concevoir une unité d’habitation temporaire, éco-pensée et autonome

Le sujet de la 6e session du concours Mini Maousse 2015-2016 sera consacré à la conception d’une unité d’habitation et d’un lieu de vie temporaire intitulée « La nouvelle maison des jours meilleurs » en référence à Jean Prouvé et sa maison pour l’Abbé Pierre.

Il s’agira de concevoir une unité modulable, adaptable, empilable, démontable et transportable pour répondre à différentes situations depuis l’accueil d’individus isolés, de ménages avec ou sans enfants en très grande précarité, à l’exemple des bidonvilles ; en passant par l’habitat collectif et temporaire, de type camp de vacances saisonnier ; jusqu’à l’habitat en zone dense pour étudiants, travailleurs précaires et familles en attente d’un accès au logement.

Le concours propose aux candidats de travailler sur un principe constructif adaptable à trois situations réelles, sur des sites identifiés (voir la page de descriptions des sites d’exploitation. Ces sites feront l’objet d’un projet d’aménagement. Le nombre de ménages à héberger, les activités collectives à prévoir et la configuration des terrains sont précisés dans le cahier des charges.

Si cette 6e édition du concours se propose d’apporter des solutions rationnelles et économiques à un état d’urgence sociale, elle entend néanmoins susciter des réponses nouvelles à la question : quels sont les besoins fondamentaux à satisfaire pour qu’un logement, fut-il temporaire, soit considéré comme décent et digne ?

Afin de répondre aux limites financières et pratiques à disposition des acteurs locaux, le projet doit proposer des solutions économiques et industrialisables. Les modules nécessaires qui vont constituer ces logements, doivent pouvoir être déplacés afin d’être réinstallés sur d’autres terrains ou pouvoir être reconfigurés pour répondre aux différentes typologies familiales. Pour cela, la conception de ce dispositif reposera sur l’utilisation majoritaire du bois et de ses dérivés. Aussi, nous entendons sensibiliser la filière bois française, en quête de nouvelles dynamiques industrielles, pour qu’elle nous aide à identifier les matériaux et les procédés de mise en œuvre les mieux adaptés pour ce type de constructions légères.

Dans le cadre d’un chantier-école à l’École du bois de Nantes, au cours de l’été 2016, les étudiants lauréats auront l’opportunité de réaliser des maquettes de leurs projets et des éléments à l’échelle 1.

Pour en savoir plus téléchargez le document de présentation générale sur le lien suivant et consultez le cahier des charges.